Et si on se faisait des câlins ?

A la rencontre de l’autre, nos mots se fanent, nos gestes se limitent De timides embrassades en accolades, on se serre trop vite la main, les contacts se veulent furtifs comme évasifs accompagnés d’un murmure de sons vides vite échangés… L’élan du cœur n’a pas cette peur, il se lit dans l’envie de fusionner avec …